Au fil des ateliers d'écriture...

Après 3 années d'existence de ce site, j'ai décidé de m'inscrire à un atelier d'écriture. Cette participation m'a poussé à être plus rigoureuse et exigeante dans mes écrits.

Mais au bout d'un an de participation, j'ai décidé d'arrêter.

Tout d'abord parce que mes exigences professionnelles ne me permettaient pas d'assister à tous les ateliers, et ensuite car cela devenait trop une contrainte pour moi. La notion de plaisir simple d'écriture se diluait par une rigueur que pour le moment je ne me sens pas capable de suivre.

 

Cependant, voici mes écrits pendant cette (courte) période. Bonne lecture!

 


Où suis-je?

 

Je cours, j'ai peur, ils veulent m'attraper, comment leur échapper? Il fait nuit, je ne sais pas où aller, à droite, à gauche, tout droit? Que faire dans cette forêt que je connais si bien. Vite, une idée! À oui, c'est vrai, où est-elle déjà? Elle est là, j'ai trouvé ma cachette. Je m'y engouffre sans tarder et puis j'attends... Pas longtemps car ils approchent. Je suis au fond du trou et je découvre... Un tunnel... Génial! Sauf qu'il est vraiment étroit, même avec ma petite taille, je suis obligée de m'aplatir et de rapper mon ventre sur la terre pour passer. Allez... Encore un effort... Voilà je suis au bout, je sors... Je me redresse... et suis perplexe, je ne connais pas cet endroit... Trop lumineux ce bâtiment. Je tourne, vire et traverse de nombreuses pièces. Il y a des bêtes étranges qui marchent sur deux pâtes et qui ont l'air de communiquer entre-elles. Comment s'appellent ses animaux? C'est la première fois que j'en vois! Apparemment c'est réciproque car ils m'ignorent ou tout simplement ne s'aperçoivent pas que je suis là. Je sais que je suis petite et que je ne sais pas parler mais quand même ils exagèrent, ils le font exprès ou quoi? J'ai besoin d'aide! Au secours... Plus je rampe dans ce bâtiment étrange, plus je ralentis. Lentement mais sûrement je me sens attirée par un jeune homme. Pourquoi lui et pas un autre?... Je sais, il ressent la même chose que moi: il a peur. Bon allez, je dois attirer son attention, je m'avance, je bouge, je danse mais rien... Il me snob! Par contre, un vulgaire objet est intéressé par moi et tombe par terre, ce qui a l'avantage de faire réagir l'homme... Youpi! Pendant une fraction de seconde nos regards se croisent, ses bras s'entrouvrent pour m'accueillir, je n'hésite pas un instant, je me colle à son corps. Enfin, je me sens en sécurité. Il me cache des autres et je le protège de ses peurs. Je me sens bien avec lui, il est lumineux, me réchauffe en me serrant contre son coeur. Je ressens des émotions que je ne connaissais pas, ici dans cet endroit étrange et inconnu pour moi, j'apprends et je découvre plein de choses nouvelles grâce à lui.

Merci gentil jeune homme

mais... Où suis-je donc?

 

Joellecm, 26/11/2014


Mon endroit

 

Mon endroit préféré, privilégié, ma bulle protectrice, mon sanctuaire, pourrait être une petite maison perdue dans la forêt, au calme, en train d'écouter les oiseaux chanter, et de ressentir les rayons du soleil d'été, mais... Toute seule, à la longue, je risque de m’ennuyer.

 

Mon endroit préféré pourrait être une grande maison de colocataires, partageant les soirées à échanger et à discuter, mais... A la longue, je risque de m'agacer et de m'oublier.

 

Voyons voir, quel serait donc mon endroit préféré? Je n'ai pas assez d'idées ou au contraire beaucoup trop qui me viennent... Réfléchissons... J'ai trouvé! Ce n'est pas l'endroit qui importe le plus mais comment je me sens dans cet endroit. Donc, mon endroit préféré est où je me sens enjouée, vivante, aimée, où je me sens utile, où j'ai l'impression d'être au bon moment, au bon endroit, à ma juste place. C'est cet endroit là, mon idéal d'endroit: une utopie, en fait!

 

Pour paraboler, j'aimerais être comme une tortue qui a toujours son endroit en elle, ou peut-être est-ce l'endroit qui a toujours la tortue en lui?

 

Joellecm, 30/10/14


 

Pourquoi j'écris?

 

J'écris pour trier mes pensées, pour les structurer, pour être leur guide et non pour qu'elles me guident par le bout de mon nez. Ces pensées s'imposent à moi, m'écrasent, m'étouffent, me déstabilisent, me troublent, me font souffrir, m'agacent, me mettent en colère, me font pleurer...

Peut-être que l'écriture est un outil pour les encadrer, les apprivoiser, les accepter et ... les aimer?

 

Entre domination et soumission, je suis bouleversée, émotionnée, torturée, écartelée, pour exprimer ce qui rode dans mon esprit.

 

Pourquoi j'écris?

J'écris, pas du tout, pour être aimée.

J'écris, un peu, en cachette pour vite, vite faire tomber la pression intérieure.

J'écris, beaucoup, en étant anonyme sur le net pour donner et partager.

J'écris passionnément quand je tombe en amour.

Et enfin, peut-être, plus tard, j'écrirai à la folie devant vous."

 

joellecm, 5/10/2014