Un don

 

Il était une fois, il y a bien longtemps, un don.

 

C'était du temps où notre monde croyait aux fées, magiciens et sorcières.

 

Ce don avait trouvé refuge dans une famille. Peut-être parce que cette famille vivait dans les montagnes? Qu'il y avait des paysages somptueux? Ou peut-être est-ce grâce à l'air pur? Nul ne sait pourquoi.

 

Le temps passa. Le don se transmit, grâce à la mère, de génération en génération. C'est-à-dire qu'un garçon pouvait avoir ce don mais ne pouvait pas le transmettre. Ainsi une lignée de sorciers et de sorcières guérisseurs était née.

Ils avaient acquis le don par leurs naissances, et le savoir de s'en servir, par leurs mères.

Elles leur expliquaient, le corps, l'esprit et l'âme. L'importance d'avoir un équilibre entre les 3, l'importance de guider l'âme lorsqu'elle n'était plus protégée par le corps, la guider vers la lumière, vers la source de toutes choses.

 

Dans cette lignée, ils aidaient les gens désireux de l'être.

 

De nombreux membres de cette famille avaient choisi la magie blanche, car pure, sincère, elle ne demandait rien en retour, elle se laissait dominer.

D'autres préférèrent choisir la magie noire, car son efficacité était redoutable, rapide et incontestable. La magie noire demandait toujours plus, elle était puissante et elle avait tendance à dominer, à avoir le pouvoir sur la personne qui l'avait pratiquée. C'était comme une drogue qui consumait le praticien de l'intérieur.

 

En résumé, c'était une famille qui avait comme volonté d'aider les gens.

Mais quelques personnes de cette filiation avaient choisi la magie noire pour cela. En oubliant que tôt ou tard ce type de magie se retournerait contre-elles.

 

La période de l'Inquisition débuta, les gens les dénoncèrent au Mage de leur contrée.

Car les gens étaient impatients, ils avaient demandé de l'aide à ses sorciers et sorcières qui pratiquaient de la magie blanche. Ces gens estimèrent qu'ils n'avaient pas eu des résultats probants : et oui la magie blanche est lente mais sûre !

Le Mage trouva le prétexte d'utilisation de la magie noire, de quelques membres de cette famille, pour traquer toutes les femmes et enfants de cette lignée. Il en brula tellement sur le bucher, que les autres membres de la famille, terrorisés de peur, décidèrent de quitter les montagnes, de fuir le Mage.

 

Après des semaines de voyage et d'incertitude, ils s'installèrent près de la mer.

Certes, ils estimèrent que les paysages étaient désolants car plats et vides. L'air avait une odeur de salée et le vent était si fort qu'il fouettait leurs visages et ébouriffait leurs cheveux.

Pourtant, ils s'installèrent ici. Ils décidèrent d'oublier leur passé, leur savoir et leur don, ils s'interdirent de faire de la magie (blanche ou noire). Quoi de mieux que cet endroit? Le vent soufflait si fort qu'il emportait leur passé loin d'eux!

 

Le temps passa, des jours, des semaines, des mois, des années, et le don continua de se transmettre de mères en filles...jusqu'à notre époque, où personne ne croit ni aux fées, ni aux magiciens et encore moins aux sorcières...

Si, seuls les enfants y croient, pour s'apercevoir en grandissant que ces catégories de "métiers" ne sont que des leurres.

 

Un jour, un fils de cette lignée, né dans une famille d'ouvriers. À cause ou grâce au malheur de ses parents, il reçoit 2 fois plus d'amour que la plupart des enfants, un amour tellement grand qu'il a failli l'étouffer.

 

Cet enfant coud, sans s'en rendre compte, un fil de lumière entre lui et la source de toutes choses. Ce fil est construit d'amour au centre, est tressé tout autour, de rêves, de tolérance, de curiosités et de simplicité. Comme tous les enfants, il croit aux lutins, fées, sorcières, magiciens, petite souris, Père Noël et plein d'autres choses!

Mais il voit les lutins et les fées! Quand il en parle à ses parents, ils sourient et disent que cela n'existe pas. Comme le garçon aime ses parents, il les croit.

 

Plus il grandit, plus il construit un mur autour de lui , pour ne rien ressentir, ne rien voir et ne rien entendre en dehors de la réalité prouvée scientifiquement par notre monde.

Il construit des hauts et épais murs. Cependant le fil, qui devient une corde, ne se sectionne pas. En effet, la source a mis de son pouvoir dans ce lien, impossible donc de le couper.

 

Le garçonnet qui devient un jeune homme, met un filtre sur cette corde.

Ainsi, il ne voit rien, n'entend rien et ne ressent rien lorsqu'il est éveillé.

Mais lorsqu'il dort, il fait des rêves étranges.

Malgré le filtre, la source arrive à parler à son âme. Quand le jeune homme se réveille il essaie de se convaincre que ce sont ses angoisses, en utilisant des mots de psy! En psychiatrie il existe des délires mystiques! Il se dit :

"pourvu que je ne suis pas atteint d'une psychose mystique car ces rêves sont plus vrais que la réalité!"

 

Un jour quelconque, Il rencontre une personne bienveillante. Elle lui dit

d'avoir confiance en lui et d'arrêter d'avoir peur. Il pense :

"facile à dire, mais pas à faire!"

 

Il essaie tout de même mais il n'arrive pas.

"Ce n'est pas si facile de changer!"

 

Il demande conseil à la personne bienveillante, elle lui donne une vieille bague à porter. Il la regarde et dit à la femme d'un air suspicieux:

"elle est moche et en plus c'est une bague de femme, je ne suis pas homosexuel!"

 

Elle lui répond:

"tu me demandes un conseil, je te propose une réponse, c'est de mettre cette bague! Après c'est ta décision de suivre ou non mon conseil, de prendre ou pas cette bague, de la mettre... ou pas!"

 

Après quelques minutes de réflexions, il décide de la prendre et de la mettre dans sa poche. Il pense:

"après tout, c'est gratuit!"

De retour chez lui il décide de la laver, mais elle paraît toujours aussi vieille. Il la pose sur sa table de chevet. Il se couche pour dormir. Cette nuit, il rêve, il se réveille en sueur, tremblant de peur de mourir. Son regard tombe sur la bague, il se dit :

"qui ne tente rien, n'a rien."

 

Il prend la bague, comme il considère qu'elle est petite il essaie de la mettre à son auriculaire gauche. Au contact de son doigt la bague s'agrandit et se transforme en vieille chevalière avec 2 cercles dessus qui se rejoignent par une pierre au centre. Cela ressemble à un 8, la pierre est rose.

À sa grande surprise la chevalière est belle et même si le rose c'est pour les filles, cette chevalière lui plaît! Il n'a plus peur, il se rendort. Lors de son rêve suivant, la source lui prouve que l'âme existe et que notre monde est en manque de spiritualité! Elle a besoin de son aide pour diffuser son Amour Universel.

 

Après cette expérience, il recontacte la personne bienveillante. Elle lui explique que la pierre au centre peut aspirer une mauvaise pensée par jour. Au-delà, elle ne fonctionne plus pendant une semaine. S'il y a plus qu'une mauvaise pensée par jour pendant 7 jours, la pierre disparaîtra. Elle réapparaîtra, seulement, si la pierre estime que le porteur est digne de confiance.

 

Il croit devenir fou, lui qui était convaincu qu'il n'y avait pas de vie ni avant la naissance ni après la mort, lui qui était un scientifique, qui avait jugé les juifs, chrétiens et musulmans de leurs bêtises de croire à ses choses là. En fait il est devenu comme eux : un croyant.

 

Petit à petit, il change, il arrête d'avoir des préjugés, il prend confiance en lui et cesse d'avoir peur.

 

Il a hérité du don de ses aïeux mais sans son mode d'emploi, il fait des erreurs mais apprend chaque jour à être meilleur. Il s'est interdit d'utiliser la magie noire. Il travaille, lentement, pour faire que notre monde soit plein d'amour et de joie.

Il est convaincu que la Lumière, la Source ou l'Amour Universel existe, et que nous la rejoindrons après notre vie d'ici-bas.

 

N'ayez pas peur,

ouvrez votre coeur,

et...

souvenez-vous :

VOUS êtes responsable de VOTRE bonheur!

 

joellecm, conte annoté sur le site le 26 novembre 2011